La conquête de l’Ouest : y a pas que des mormons en Utah

Notre périple continue avec les deux principaux parcs nationaux qui font la renommée de l’Utah : Bryce Canyon et Zion National Park. En commençant par Bryce. Il est renommé pour ses hoodoos, d’étonnantes cheminées de fée qui seraient là depuis plusieurs dizaines de millions d’années.

Après l’avoir vu, je comprends pourquoi tout le monde conseille de voir un lever de soleil là-bas… J’ai du me contenter du coucher ! Sympa mais vu l’orientation et la disposition des cheminées, c’est bien le matin qu’il faut être là-bas. C’est une nouvelle fois un avantage de pouvoir le faire en voiture hors-saison, à son rythme, en choisissant ses arrêts, car entre mai et septembre les navettes sont obligatoires ici aussi.

USA 41

Les points de vue sont nombreux et certains sont étonnants, comme Natural Bridge. A d’autres endroits, on a l’impression de voir encore et toujours les mêmes cheminées. C’est là que les explications sont précieuses car beaucoup d’entre elles ont une particularité qui leur a permis d’être affublées d’un petit surnom : le marteau de Thor, la reine Victoria… Il faut beaucoup d’imagination, mais vous les repérerez !

USA 42a

En dépit de ce petit côté amusant, la plupart des arrêts n’offrent qu’une vue différente sur les roches principales et je trouve qu’au final la plupart finissent tous par se ressembler un peu. La balade à l’intérieur est sympa, elle permet de voir les fameuses roches d’en bas et permettent justement de varier les vues. Attention à la glissade, car les sentiers sont très enneigés ce jour-là ! Il faut dire que nous sommes à 2.400 mètres d’altitude à l’entrée du parc et que celle-ci culmine à plus de 2.700 mètres un peu plus loin.

Comme je l’ai déjà dit, nous assisterons au coucher de soleil à Sunset Point au milieu des asiat’s et de leurs perches à selfies, avant de filer une fois la nuit tombée à Zion. Histoire d’être en place pour le lendemain, mais aussi de passer la nuit dans un climat un poil moins hostile. Je me répète mais la route entre ces deux points est une fois de plus, et pour la dernière fois, magnifique.

USA 42bSunset on Bryce Canyon

Notre dernière nuit en voiture achevée (ce qu’on ferait pas pour quelques économies), en route pour a priori notre dernier parc. Je commence par mon seul bémol : la flore y occupe je pense une place importante, et contrairement aux autres, il doit être vraiment plus agréable en été qu’en plein hiver avec ses arbres sans feuilles. Mais globalement ça reste mon préféré, les points de vues y sont différents, en haut, en bas, de loin, de près… Pas de grosse randonnée au programme mais avec le recul, ce parc mérite bien 2 jours à lui tout seul si l’on veut marcher un peu : surtout qu’une fois de plus on gagne du temps en se déplaçant en voiture par rapport à un voyageur estival qui devra la laisser à l’entrée et prendre des navettes (d’avril à octobre).

Le parc est divisé en trois parties : Zion Canyon, Kolob Canyons et Kolob Terrace. La première est la plus connue et la plus visitée. Elle est entourée de nombreuses montagnes qui offrent autant de vues différentes. Là encore, même sans marcher, la Scenic Drive qui serpente dans la vallée est un voyage à elle seule. Ce parc est aussi celui qui offre les plus belles – surtout au printemps ou en été – et les plus difficiles randonnées. Angels Landing est considérée comme l’une des meilleures randos à faire dans tous les Etats-Unis. Sans nous ! Nous nous sommes contentés de la Riverside Walk qui enchaîne avec The Narrows. Un passage à pied le long de la rivière (d’où son nom) dans une zone où le canyon est très étroit. La première partie est aménagée alors que la suite est plus sauvage et nécessite de mettre les pieds dans l’eau par moments. Comme au Grand Canyon, la difficulté est modulable : ce n’est pas une boucle mais un tracé linéaire, il suffit donc de faire demi-tour quand vous en avez marre.

USA 43Ici s’arrête le chemin ; ici commencent les pieds dans l’eau !

En ce qui concerne Kolob Terrace, la route d’accès était fermée… On a donc continué sur Kolob Canyons où l’on profite avant tout de la vue en voiture, la route est agréable malgré son important dénivelé (+ 400 mètres d’altitude en moins de 10 kilomètres). Au bout, un cul-de-sac : on se gare, on fait encore un petit effort d’environ un kilomètre à pied pour grimper au principal point de vue, et là-haut on a un panorama à 360 degrés sur tout le parc.

USA 44

La nuit tombée, on file dormir à St George, juste à côté de Zion. Le Motel 6 sera du même niveau que celui de Williams (logique, c’est la même chaîne) pour un prix sensiblement inférieur, un accueil un peu plus chaleureux, une piscine et une chambre nettement plus petite. Je mets également pour la première fois de ma vie les pieds dans un Walmart, ces magasins géants ou on trouve absolument tout (mais difficilement ce que l’on cherche quand même). Je repars avec de quoi manger mais aussi un t-shirt multicolore affublé d’un Minion qui fera de moi la star des festivals l’été prochain, sans aucun doute.

Pas question de s’attarder à St-George qui n’est qu’une ville-étape et on part le lendemain pour mon quatrième et dernier Etat du périple : le Nevada. Les températures remontent maintenant, et on assiste à une scène typique d’un western avec les fameuses boules de paille qui roulent sur la route ; et non, ce n’est pas une légende, ça existe en vrai et on les voit à plusieurs reprises ! On sait aussi qu’on approche de Las Vegas quand on s’arrête sur une gigantesque aire de repos au milieu du désert où cohabitent une petite station-service, un petit coin épicerie, un minuscule coffee-shop et une gigantesque salle de machines à sous. Si on en est déjà là à peine sortis de l’Utah, qu’est-ce que ce sera à Sin City ?

Les bonnes adresses :

Oscar’s Café (Springdale) : je n’ai pas référencé énormément de restaurants, déjà parce qu’on en a pas fait beaucoup, ensuite parce que souvent les prix sont assez chers en restant dans ces zones malgré tout assez touristiques. A l’entrée principale de Zion (même si ce fut la sortie pour nous), le Oscar’s Cafe fut pourtant une bonne surprise. Il sert d’excellentes spécialités mexicaines, une cuisine que j’adore – et je suis d’autant plus exigeant dessus. Prix correct surtout au vu des assiettes gargantuesques.

Publicités

Une réflexion sur “La conquête de l’Ouest : y a pas que des mormons en Utah

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s