Sintra, c’est pas laid

Après Lisbonne, nous mettons le cap sur Sintra. La ville se situa à l’ouest de la capitale, à moins d’une heure de train, et elle est inscrite au Patrimoine Culturel de l’Humanité de l’UNESCO. Et ouais bébé, ça en jette !

Sintra est avant tout célèbre pour son architecture et doit donc compter, à vue de nez, près de 8.500 palais, châteaux et autres demeures d’exception à visiter.

Jean ? Jean Rajoute, c’est toi ?

J’exagère mais à peine… Nous nous sommes contentés de trois d’entre eux, en commençant le premier jour par le Quinta da Regaleira. Le palais lui-même est un manoir de style gothique, mais l’intérêt est davantage à l’extérieur de celui-ci : les jardins sont très vastes et assez… J’allais dire incroyables, mais le terme WTF semble plus approprié – pardon. Des petits lacs par ci, des plantations par là, on se retrouve tour à tour dans une grotte sombre, au fond d’un puits (avec des loooongs escaliers pour remonter, quand même), puis au sommet d’une tour. Si le site était pas classé à l’UNESCO et tout ça, ce serrait un terrain de jeu rêvé pour installer un paintball.

sintra-1A ce moment-là, j’étais vraiment au fond du trou.

Pour la fin d’après-midi, nous allons faire un tour à Cabo da Roca. Un point de vue grandiose qui surplombe les principales falaises du pays face à l’océan, et qui présente une petite particularité : c’est le point le plus à l’ouest de toute l’Europe. Y aller était un rêve depuis tout petit.

Un rêve d’enfance, rien que ça ?

Bon… On va l’avouer, on cherchait la plage en vrai. Et comme on parle aussi bien portugais que les chauffeurs de bus parlent anglais, on s’est retrouvés là par hasard, voire par erreur. Pas de plage à deux kilomètres à la ronde minimum. Pas grave, on aura vu le point le point le plus occidental de l’Europe, et c’est encore mieux qu’une plage. L’auto-conviction, y a que ça de vrai.

sintra-4

Sintra continue le lendemain et nous avons cette fois en ligne de mire deux édifices sur la principale colline de la ville. En haut de celle-ci, le Palacio de Pena et le Castelo dos Mouros se font face. Commençons par le deuxième : il a plus de mille ans mais a été détruit tout à tour par les croisades chrétiennes, puis des tremblements de terre, et des gros orages qui y ont mis le feu. Quand ça veut pas… Reconstruit partiellement, il n’y a quasiment pas de visite intérieure à faire et le principal intérêt est d’arpenter les remparts, qui permettent d’admirer l’ensemble des alentours. Mieux vaut s’abstenir si on a le vertige, Fanny peut en témoigner.

Sintra 3

Dans la foulée, on traverse la route ou presque, et on est au Palacio de Pena est plus récent, mieux préservé (ou mieux restauré, à voir). Un mélange de styles assez invraisemblable, le premier aperçu donne une impression d’être à une pâle copie de Disneyland, mais il y a aussi des influences gothiques, africaines… Comme à la Rigaleira, l’intérêt number one est aussi la partie du parc : moins grand mais idéal pour une petite balade, avec beaucoup de point d’eaux et d’animaux. Il est d’ailleurs possible de faire une balade à cheval.

sintra-2

Nous nous sommes contentés de ces trois palais qui font partie des plus connus et des plus visités mais il y en a également d’autres, sans doute moins vastes mais peut-être moins bondés de touristes. Il faut bien avouer que la fréquentation massive était un peu le point noir de ces visites. Mais en-dehors de ça, nous ne regrettons pas du tout ces deux jours à Sintra, avant de reprendre un train en direction du nord.

Les bonnes adresses :

Moon Hill Hostel : et ce sera ma seule bonne adresse ! Parce qu’elle est parfaite pour dormir, pour boire un verre, pour manger. La nuitée en dortoir n’est pas très chère : 20 € chacun avec le petit-déjeuner, dans un dortoir de quatre personnes où nous n’étions finalement que tous les trois. La salle commune est équipée de Mac, de jeux de société… Il y a également deux terrasses, un personnel super sympa, des cocktails délicieux pour pas cher, et un restaurant très correct qui nous a même offert les appetizers, habituellement facturés au prix fort au Portugal. Chaudement recommandé donc.

Publicités

Une réflexion sur “Sintra, c’est pas laid

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s